Lorsque l’on songe, pour une raison ou pour une autre, à avoir recours à la chirurgie esthétique, on est en droit de se poser la question de la prise en charge ou non par l’assurance maladie. Et le verdict est sans appel : il faut absolument distinguer la chirurgie réparatrice de la chirurgie plastique purement “accessoire”. Pourtant, la frontière entre ces deux pratiques est souvent très mince. Tellement qu’elles sont toutes les deux combinées sous une même appellation. Alors, comment savoir ce qui est remboursé et ce qui ne l’est pas ? La réponse à travers ces quelques lignes.

Chirurgie esthétique en Tunisie : une alternative intéressante

C’est un fait : la chirurgie esthétique est une pratique de plus en plus courante. Si d’excellents praticiens exercent en France, les tarifs, quant à eux, demeurent élevés. C’est pourquoi il est de plus en plus courant de se rendre en Tunisie avec des agences de tourisme médical comme Med Assistance pour avoir recours à la chirurgie plastique.

Pourquoi cet engouement pour la Tunisie ? Tout simplement parce que les tarifs pratiqués sont beaucoup plus abordables. Pour une même opération, on peut parfois être amené à payer deux fois moins cher.

Et cela ne veut en aucun cas dire que cela se fait au détriment de la qualité. Pas question ici de prendre le risque de réaliser une mauvaise expérience, loin de là. La chirurgie esthétique en Tunisie est avant tout incontournable parce que le pays dispose des meilleurs chirurgiens qui soient. Ce ne sont pas les nombreux retours d’expérience sur le sujet qui prouveront le contraire.

Alors, quand on est déçu de la prise en charge de la chirurgie esthétique par l’assurance maladie en France, pourquoi ne pas tenter l’expérience ailleurs ?

Chirurgie plastique ou reconstructrice ?

chirurgie esthétique : quels remboursements ?Lorsque l’on pense à la chirurgie esthétique, on peut en premier lieu s’imaginer quelque chose de purement accessoire. Pourtant, bien souvent, il est question d’agir aussi bien sur le physique que sur le bien-être mental. Un peu comme le fitness, dont il est question dans cet article. Un nez trop gros ou trop crochu, de la graisse tenace sur le ventre, de la peau d’orange sur les cuisses… Les raisons de complexer sont malheureusement bien trop nombreuses. Et quand aucune autre alternative ne permet de se sentir mieux, la question de la chirurgie plastique peut être mise sur le tapis.

Question prise en charge, il faut toutefois distinguer la chirurgie réparatrice de la chirurgie esthétique. Dans le premier cas, elle est remboursée, tandis que dans le second, non. Pourtant, la frontière est très mince, et il arrive que certains praticiens en jouent afin de pouvoir permettre un remboursement.

La première discipline naît avec la Première Guerre Mondiale, au moment où elle permet de redonner une intégrité à un visage ou à un corps abîmé. Aujourd’hui, elle intervient aussi suite à un accident ou encore à une maladie, comme le cancer du sein, par exemple. Mais, dans le cas où la chirurgie esthétique est considérée comme purement accessoire, alors, il n’y a aucune possibilité de remboursement.

Certains cas spécifiques peuvent toutefois faire l’objet d’une exception, comme les oreilles décollées ou encore le bec-de-lièvre, qui peuvent être de réelles sources de mal-être. La réduction mammaire peut elle aussi être prise en charge, sous certaines conditions, notamment celle de venir soulager un mal de dos, par exemple.

Si vous souhaitez d’autres exemples plus concrets de remboursement ou non par l’assurance maladie, n’hésitez pas à faire un tour par ici. Ainsi, vous pourrez sans doute vous faire une idée encore plus précise sur la question.