Aller chez le gynécologue est loin d’être l’une des choses les plus amusantes au monde. En fait, pour vous dire la vérité, se mettre à nu pendant qu’un inconnu examine votre santé par le bas peut être vraiment embarrassant, nous le savons.

Cependant, il s’agit d’un processus nécessaire pour la qualité de vie d’une femme et il est essentiel d’être totalement honnête avec son médecin. En effet, il existe des “secrets” ou des détails de votre vie, comme vous préférez les appeler, qui, s’ils sont racontés à votre gynécologue, peuvent contribuer à prévenir des maladies ou même à vous guérir, si vous avez contracté une maladie.

C’est pourquoi même les informations les plus intimes que vous détenez doivent être partagées avec votre gynécologue. Comme vous le verrez dans l’article ci-dessous, ils doivent savoir si vous avez mal pendant les rapports sexuels, si vous êtes trop sec ou si vous avez des crampes intestinales, etc.

Bien sûr, certaines choses peuvent être embarrassantes à avouer, mais n’oubliez pas que votre médecin est un professionnel, que lui seul peut vous aider si quelque chose ne va pas et que, par ailleurs, il doit garder confidentiel ce qui est dit dans le cabinet, si tel est son souhait. Vous comprenez ?

Découvrez les 8 choses que vous DEVEZ dire à votre gynécologue :

1. Douleur à l’heure H

Une gêne à une heure ou à une autre est normale, mais une douleur constante au moment de l’intimité ne l’est pas et peut être le signe que quelque chose ne va pas. Selon les experts, les douleurs ressenties à ce moment-là peuvent être dues à l’endométriose, aux fibromes, aux adhérences pelviennes et à une série d’autres maladies qui peuvent même affecter la fertilité. C’est donc le genre de chose dont vous devez parler à votre gynécologue.

2. Croissance des cheveux

Si vous avez remarqué l’apparition ou la croissance inhabituelle de poils sur votre corps ou votre visage, n’oubliez pas d’en parler à votre gynécologue lors de votre prochain rendez-vous. Cela peut être un signe de déséquilibre hormonal, souvent causé par le syndrome des ovaires polykystiques, comme vous l’avez vu ici.

Il est également possible que vous souffriez d’hyperplasie des surrénales, d’hyperandrogénie, de résistance à l’insuline, de tumeur ovarienne ou d’autres affections qui peuvent être graves, compromettre votre santé et votre fertilité.

3. Colique intestinale

Mais si vous êtes gynécologue, pourquoi parler de l’intestin ? Si vous vous posez également la question, la réponse est simple : cela peut aussi être un signe d’endométriose, qui provoque des douleurs au moment du “numéro 2” et encore moins au moment du “numéro 1”. Si les symptômes s’aggravent pendant les menstruations, il vaut mieux se rendre immédiatement chez le médecin.

4. Sécheresse

Si vos parties intimes sont sèches, il peut s’agir d’un signal d’alarme de votre corps indiquant que quelque chose ne va pas. Il peut s’agir d’un dysfonctionnement hormonal, d’une infection ou même d’une irritation.

5. MST dans le passé

Avez-vous été confronté à une maladie sexuellement transmissible (MST) dans le passé ? N’oubliez pas d’en parler à votre gynécologue, surtout si vous envisagez d’avoir un enfant.

En effet, ces maladies peuvent laisser des cicatrices sur les organes reproducteurs et, quelle que soit leur force, les antibiotiques ne peuvent pas traiter de telles blessures. Et ces cicatrices peuvent même provoquer l’obstruction des trompes de Fallope et rendre une femme infertile, par exemple.

6. Odeurs étranges

Les odeurs désagréables dans les parties intimes peuvent simplement être le signe d’une mauvaise hygiène. Cependant, ils peuvent aussi être le signe d’une infection. Et ils ne sont pas un simple problème : chez les femmes enceintes, par exemple, ils peuvent même provoquer une naissance prématurée.

Mais les femmes enceintes ne sont pas les seules à courir un risque en cas d’infection des parties intimes. En général, ce type de problème rend le corps plus vulnérable à d’autres maladies, notamment les MST.

7. Manque de libido

Si votre “intérêt” est faible ou inexistant, cela peut également être un problème à aborder avec votre gynécologue. Selon les experts, le manque de libido est quelque chose qui va à l’encontre de la biochimie de notre corps, surtout pendant l’ovulation. Le manque d’intérêt pour les relations sexuelles peut être associé, par exemple, à une sorte de déséquilibre hormonal.

8. Ne pas utiliser de préservatifs

Oui, c’est une question très intime et c’est pourquoi il faut en parler à votre gynécologue si cela s’est vraiment produit. Lorsque vous avez des rapports sexuels non protégés, votre corps est exposé à des infections et à des maladies qui peuvent être transmises lors de rapports intimes, comme le SIDA. Dans ce cas, par précaution, des examens détaillés doivent être effectués.