Toute personne qui retourne au travail en tant que malade du cancer peut retrouver un semblant de normalité. Cependant, le médecin recommande toujours que le retour au travail soit adapté à la capacité du salarié de faire face au stress. Cela lui assurera une bonne réinsertion professionnelle après cancer

Réinsertion professionnelle après cancer, y aller progressivement.

Environ deux tiers de tous les travailleurs atteints d’un cancer reprennent le travail. Pour beaucoup, la motivation est élevée, car ceux qui travaillent retrouvent un peu de normalité. Toutefois, le retour au travail doit être adapté à la capacité de l’individu à faire face au stress. Les services de réinsertion professionnelle offrent un large éventail de possibilités pour soutenir le retour à la vie active. Le service d’information sur le cancer du centre allemand de recherche sur le cancer fournit des conseils gratuits sur ce sujet, et sur d’autres sujets liés au cancer. 

La réintégration progressive, également connue sous le nom de modèle de Hambourg, est une mesure de réadaptation professionnelle que la plupart des patients choisissent après une longue maladie. Le médecin et le patient élaborent conjointement un plan de réinsertion qui détermine le nombre de jours dans la semaine ou d’heures par jour pendant lesquels le patient travaille pendant plusieurs semaines ou mois. L’objectif est d’augmenter continuellement le temps de travail hebdomadaire, afin qu’au bout de 6 mois, au plus tard, le travail puisse être effectué comme avant la maladie. Les patients restent incapables de travailler pendant cette période et perçoivent des indemnités de maladie, une indemnité transitoire ou, dans des cas particuliers, des indemnités de chômage. L’entreprise, c’est-à-dire les employeurs, et les unités de coûts doivent accepter le plan de réinsertion professionnelle après cancer.

Réinsertion professionnelle après cancer, l’aide au salarié en retour

Si le patient ressent des difficultés à exercer ses activités antérieures, il existe d’autres mesures de soutien et d’accompagnement. Ces mesures peuvent toutefois varier considérablement d’une entreprise à une autre. Carmen Flecks, avocate au service d’information sur le cancer, déclare : « De nombreux patients ne connaissent pas l’éventail des possibilités. Nous vous recommandons donc de vous renseigner auprès de l’assurance pension allemande et des bureaux locaux d’intégration. Nous sommes heureux de fournir des personnes de contact et des adresses pour ceux qui cherchent des conseils ».

Souvent, il suffit de procéder à des ajustements sur le work place. Si les patients souffrent de fatigue en raison du cancer, il peut être conseillé de passer d’un bureau en espace ouvert à un espace de travail plus calme ou à un bureau à domicile. Des aides techniques au travail sont également possibles, toujours pour le maintien d’une bonne situation professionnelle du patient en réinsertion. Par exemple, une table réglable en hauteur, ou une chaise avec accoudoir et appui-tête peut aider les femmes après une opération du cancer du sein. Cela constitue aussi une aide thérapeutique pour elle et diminuera son inconfort. L’assurance pension couvre souvent une partie des coûts, et permet un maintien de la capacité de travail.

Dans des cas particuliers, il existe la possibilité d’une assistance automobile. Il s’agit d’une aide financière pour l’achat d’un véhicule ou la transformation de votre propre voiture. La condition préalable est que le revenu du patient tombe en dessous d’un certain plafond et qu’à cause de la maladie, il ne peut se rendre à son lieu de travail qu’en voiture.

Réinsertion professionnelle après cancer, possibilité de travail partiel

Les patients atteints de cancer qui souhaitent réduire leur temps de travail hebdomadaire ont droit à un emploi à temps partiel. Surtout s’ils sont gravement handicapés. En outre, les associations collectives et la loi sur le travail à temps partiel, ainsi que les contrats à durée déterminée offrent également de bonnes possibilités de réduire le temps de travail. Les difficultés financières dues à un arrêt maladie peuvent être partiellement compensées par une réduction partielle de la pension de capacité de gain. Condition : le patient peut toujours travailler au moins trois, mais plus six heures par jour. Par ailleurs, les employeurs peuvent recevoir une subvention de l’État français s’ils emploient des personnes handicapées, même si ce n’est qu’à titre d’essai dans un premier temps.

Il existe également des cas où la profession précédente ne peut plus être exercée. Par exemple, la chimiothérapie peut provoquer une polyneuropathie et donc des troubles de l’équilibre et de la démarche. Dans ce cas, l’exercice des professions manuelles peut être associé à des dangers pour la personne concernée et pour les tiers. Les mesures de réadaptation professionnelle comprennent donc également la formation initiale et continue. Il peut s’agir de cours de plusieurs semaines, mais aussi d’une formation professionnelle complète ou d’études. Les patients atteints de cancer qui souhaitent devenir indépendants après leur arrêt maladie peuvent recevoir une subvention de démarrage si cela leur permet de reprendre un travail à titre permanent.