La maladie de Crohn ne peut pas être complètement guérie. Cependant, le traitement peut soulager les douleurs ressenties par le patient et ralentir le processus inflammatoire. La thérapie dépend de la gravité de la maladie et des parties du tube digestif endommagées.

Le traitement médical

Les médicaments à base de corticoïde sont ceux utilisés habituellement par le corps médical en cas de crise. Donc lors d’une poussée aiguë d’activité faible à modérée (CDAI 150-350), le gastro-entérologue prescrit de la cortisone telle que la prednisolone ou la prednisone. Le malade doit généralement prendre les comprimés pendant 3 à 6 mois. Si la dernière partie de l’intestin grêle (iléon) et l’appendice (coecum) sont particulièrement touchés et que le patient n’a pas d’autres centres d’inflammation dans l’intestin ou dans d’autres parties du corps, il peut prendre de la cortisone budésonide. Ces capsules agissent principalement dans les intestins et sont à peine absorbées par l’organisme. Cela présente l’avantage de réduire leurs effets secondaires. 

Des salicylates tels que la mésalazine sont fréquemment administrés aux patients atteints de la maladie de Crohn. Cependant, des études ont montré que les salicylates ne sont pas aussi efficaces que la prednisolone ou le budésonide. Le patient doit continuer à prendre de la mésalazine pendant une période assez longue pour éviter que l’inflammation ne reprenne. Si le processus inflammatoire dans l’intestin est si grave et que le patient ne peut pas absorber suffisamment de nutriments importants, ceux-ci doivent être remplacés du fer, du calcium, des électrolytes, de la vitamine B12 et d’autres vitamines (ADEK). Certaines solutions nutritives (régimes de forme) contiennent ces nutriments.

Lors d’une poussée aiguë avec une forte activité inflammatoire (CDAI)

Si un patient présente des symptômes de la maladie de Crohn pendant plus de six mois, on parle de maladie chronique active. Pour ces patients, le médecin prescrit de la prednisolone ou de la prednisone. La dose dépend de la gravité des symptômes du patient. Les préparations à base de cortisone sont généralement prises pendant six mois. En plus de la cortisone, le patient reçoit des médicaments qui suppriment le système immunitaire tels l’azathioprine et la 6-mercaptopurine. Ils doivent être pris pendant au moins 4 ans. En cas de symptômes de carence, les nutriments manquants doivent être complétés.

D’autres médicaments importants utilisés dans le traitement de la maladie de Crohn sont le lopéramide pour les diarrhées graves et la colestyramine, qui est utilisée dans le syndrôme de perte d’acide biliaire lorsque les acides biliaires ne sont pas correctement absorbés en raison de l’inflammation de l’intestin. Si le médecin a trouvé une ou plusieurs fistules chez son patient, il les traite avec l’antibiotique métronidazole. Si les fistules ne guérissent pas avec le métronidazole et que la chirurgie n’aide pas, le médecin peut prescrire un inhibiteur du TNF-alpha.

Les interventions chirurgicales

Les patients atteints de la maladie de Crohn ne sont généralement opérés que si des complications liées à la maladie surviennent. Ces complications peuvent être l’accumulation du pus dans les cavités des muqueuses (abcès) ou la formation d’un passage de liaison (fistule) entre l’intestin et la vessie et éventuellement, la compression de l’uretère par des boucles intestinales enflammées perturbant  ainsi l’écoulement de l’urine.

L’intestin est rétréci en raison d’une inflammation de la paroi intestinale, le gastro-entérologue peut essayer d’élargir la constriction au moyen d’une endoscopie et d’un ballon. Cependant, dans la plupart des cas, une telle dilatation par ballonnet ne peut pas éviter une opération, mais seulement la retarder.

Autres thérapies

La thérapie de la maladie de Crohn est très longue. Cette maladie ne se guérit pas.  Tout ce que les médecins peuvent faire c’est d’atténuer les gènes et les douleurs éprouvés par le patient. Une maladie chronique avec des épisodes inflammatoires récurrents est un lourd fardeau pour eux. La tension psychologique est donc très élevée dans la maladie de Crohn. Les patients souffrant de troubles mentaux ou de dépression peuvent être aidés par une thérapie par la parole. De nombreux psychothérapeutes recommandent également des exercices de relaxation. Cela aide les patients à mieux faire face à la maladie et leur permet de se sentir psychologiquement plus stables.