De nos jours, les interventions chirurgicales au laser ne sont pas exceptionnelles. Depuis que l’outil de coupe et de soudage de l’industrie de transformation des matières plastiques a fait son apparition en médecine dans les années 80, son champ d’application n’a cessé de s’élargir. Le laser est particulièrement utilisé en ophtalmologie. Mais les lasers sont également utilisés dans les maladies de la peau ou en urologie.

Traitement au laser — lumière et chaleur

Dans le traitement au laser, les médecins et les praticiens utilisent la conversion de la lumière en chaleur dans les tissus. Les particules énergétiques de la lumière, les photons, sont accélérées par la désintégration d’un gaz noble ajouté. Selon le gaz utilisé, la longueur d’onde de la lumière générée est très différente et différents types de tissus peuvent être traités.

L’argon gazeux, par exemple, est utilisé dans le laser à argon pour effacer les vaisseaux car il libère son énergie particulièrement bien à l’hémoglobine, pigment rouge du sang. Lors d’un traitement au laser CO2, les tissus absorbent une quantité particulièrement importante d’énergie, c’est pourquoi ce laser est particulièrement adapté à la découpe et à l’ablation des tissus.

Ouvrez les yeux !

Le laser fonctionne particulièrement bien dans le domaine des maladies oculaires. La brièveté, la distance ou l’astigmatisme peuvent être bien traités par la chirurgie au laser si les corrections conventionnelles ne sont pas suffisantes. Les deux procédures les plus importantes sont le LasIK (« Laser in situ keratomileusis ») et le LasEK (« Laser epithelial keratomileusis »).

Lors du traitement au laser, le faisceau laser « broie » partiellement la cornée et modifie ainsi le pouvoir de réfraction. Bien que le risque de cicatrisation soit plus élevé, la méthode LasIK présente des taux de réussite élevés et durables de 70 à 80 % pour des valeurs allant jusqu’à -10 dioptries.

La méthode LasIK

Pendant l’intervention, la cornée est marquée et le globe oculaire est aspiré à l’aide d’un anneau de sorte que l’œil ne voit rien pendant quelques secondes.

Ensuite, une couche très fine (lamelle) est coupée à l’aide d’un plan fin et une petite barre de tissu est laissée en place. La couche coupée est repliée et l’ablation proprement dite du tissu à l’intérieur de la cornée avec le laser « excimer » peut commencer.

Les surfaces sont ensuite bien rincées et la lamelle repliée est aspirée par la cornée. Ensuite, suivez les gouttes pour les yeux, le bandage ou la lentille du bandage. L’intervention est presque indolore et se pratique en soins ambulatoire. L’opération dure moins de 15 minutes et est contrôlée déjà 1 à 2 heures après la procédure.

Dans les premiers jours qui suivent, l’œil ne doit pas être frotté afin d’éviter que la lamelle ne se déplace. Si vous travaillez dans un environnement très poussiéreux, vous devrez vous en passer pendant deux semaines après l’opération. En principe, la nouvelle acuité visuelle doit d’abord se stabiliser ; il faut donc s’abstenir de conduire dans l’obscurité pendant un certain temps après l’opération.

La méthode LasEK

Le traitement LasEK est un peu plus doux que la méthode LasIK. Ici, la couche cornéenne externe, extrêmement fine, est enlevée à l’alcool et roulée sur le côté avant le traitement au laser « excimer », comme au LasIK. Le LasEK est principalement utilisé pour les patients ayant une cornée plus fine. Le taux de complication du traitement est de 1 à 4 %. Seuls quelques cas de perforation de l’œil par le laser ont été signalés dans le monde.

Les traitements ne sont généralement pas pris en charge par la compagnie d’assurance maladie. Les décollements de la rétine peuvent être ressoudés avec succès avec le laser, de nouvelles croissances vasculaires chez les patients diabétiques peuvent être sclérosées avec le laser à l’argon. Cependant, le laser n’est pas utilisé dans les cas de maladies cornéennes chroniquement progressives ou de maladies immunitaires systémiques.

Psoriasis et problèmes veineux

Alors que le traitement au laser est largement établi en ophtalmologie, une nouvelle option de traitement intéressante a été développée pour les patients atteints de psoriasis à l’aide d’un laser « excimer ». La lumière laser est appliquée sur les plaques de la peau affectée ; le dosage est déterminé avec précision. Comme la lumière est appliquée de manière sélective et spécifique, la propagation peut être arrêtée immédiatement et une petite zone peut être amenée à disparaître après quelques traitements — généralement moins de 10 irradiations.

Grâce à la « précision de ciblage » du laser, les parties du corps non touchées sont épargnées. Lors des visites suivantes — en fonction des résultats — les doses sont augmentées ou réduites et ainsi adaptées à la guérison donnée. En général, un traitement par semaine est suffisant. Dans la période initiale, jusqu’à deux traitements par semaine sont également possibles.

Les coûts du traitement au laser se situent entre 100 et 200 euros par séance, mais sont basés sur la taille de la zone de peau affectée et la dose de lumière à appliquer. Ils ne sont généralement couverts que par une assurance maladie privée.

L’assistance postopératoire, c’est de la prévention

Avec la technologie du laser « excimer », le suivi du psoriasis est également possible. Une fois que le psoriasis est bien guéri, le patient se présente à nouveau à des intervalles plus ou moins réguliers. Le psoriasis n’apparaît pas au départ sur une grande surface, mais sur une petite surface. Cela signifie que des foyers de la taille d’une pièce d’un cent apparaissent soit dans les zones guéries, soit dans de nouvelles zones.

Si ces foyers sont traités en temps utile avec un laser UVB de lumière avec une précision extrême, une seule irradiation est suffisante jusqu’à ce qu’ils disparaissent à nouveau complètement.

Il est ainsi possible d’effectuer un suivi du psoriasis par un traitement au laser ciblé. Dans ce cas, le suivi est préventif, de sorte que l’apparition de longs intervalles sont possibles. En comparaison avec les coûts du traitement initial, les coûts de suivi pour les soins ultérieurs sont plutôt bas, à environ 30 euros. On peut se passer d’une pommade thérapeutique inefficace, les préparations contenant de la cortisone ne sont pas utilisées.

L’ablation des varicosités — une procédure encore jeune

Les varicosités, les dilatations superficielles des veines très fines et très ramifiées, peuvent également être traitées par des rayons laser. Cependant, les résultats ne sont pas encore totalement satisfaisants, de sorte que dans de nombreux cas, ils doivent être traités à nouveau plusieurs fois. Les lasers n’ayant pas été utilisés pour le traitement des varicosités depuis très longtemps, l’expérience est encore insuffisante.

Bien implanté en angiologie

En revanche, l’utilisation des lasers en angiologie, c’est-à-dire en médecine vasculaire, est assez courante. Ils sont particulièrement adaptés à la dissolution en douceur des caillots. Dans ce cas, le mince tube d’examen est élargi à l’aide d’une tête laser pendant une angiographie. Le laser peut alors travailler directement sur place sans endommager les tissus environnants. Les interventions avec le Skapell ne sont pas nécessaires.

Utilisation en urologie

Le traitement au laser estégalement effectué de manière endoscopique en urologie. Les petits élargissements de la prostate peuvent être traités en insérant un « résectoscope » dans l’urètre. Même les calculs urétéraux ou vésicaux piégés sont directement éliminés par le laser : les impulsions lumineuses riches en énergie provoquent une onde de choc qui fait voler les pierres en éclats.

De plus, les excroissances bénignes sur le pénis dans la région du gland peuvent être enlevées avec un laser au CO2. Cependant, le traitement du cancer de la prostate n’est pas possible de cette manière. Les possibilités d’application des lasers modernes sont de plus en plus nombreuses, les appareils sont constamment améliorés et étendus. La combinaison des techniques modernes d’imagerie, du traitement des données médicales et des technologies de l’information conduit également à de nouvelles procédures dans le traitement au laser.

La question de savoir si et dans quelle mesure le traitement au laser est possible et judicieux pour une maladie donnée doit être clarifiée avec le médecin traitant.