L’oreille est responsable de l’audition et de l’équilibre, deux fonctions sensorielles. Lorsqu’elle entend, l’oreille capte les ondes sonores, les convertit en impulsions nerveuses et les transmet au cerveau. Ils y sont traités et évalués comme des sons. L’organe d’équilibre de l’oreille interne envoie également des impulsions au cerveau, où chaque mouvement et changement de position est perçu et évalué. Lorsqu’il s’agit de problèmes auditifs, les médecins distinguent les perturbations dans la transmission des ondes sonores et les perturbations dans la perception des sons.

Quand les examens de l’oreille sont-ils utiles ?

En cas de perte auditive soudaine ou croissante, de bourdonnements d’oreilles, de douleurs aux oreilles, de vertiges ou de suspicion d’infection de l’oreille moyenne, il est conseillé de se faire examiner les oreilles. Il en va de même si du liquide s’écoule de l’oreille ou dans le cas de blessures de la mâchoire inférieure, car celles-ci peuvent également endommager l’oreille et le conduit auditif.

Comment se déroule l’enquête ?

Tout examen commence par une conversation. Le médecin s’informera des douleurs, des bourdonnements d’oreilles, des étourdissements et des problèmes d’audition. Des maladies de l’oreille ou des problèmes auditifs dans la famille peuvent également être importants. Après la conversation, un examen de l’oreille (otoscopie) est généralement effectué en premier, suivi d’autres examens si nécessaire.

Examen de l’oreille et vue du tympan

  • Otoscopie, examen de l’oreille

Lors d’un examen de l’oreille, le médecin insère un entonnoir dans le conduit auditif et l’éclaire avec une lampe à tige spéciale. Pour que cela fonctionne malgré les convolutions du conduit auditif, le médecin tire le pavillon de l’oreille légèrement en arrière et vers le haut. Le cérumen ou d’autres impuretés peuvent être enlevés pendant l’examen. Normalement, le tympan est gris brillant et lisse. Si elle est rougie, courbée, blessée ou cicatrisée, cela indique une inflammation ou une autre maladie de l’oreille.

  • Test d’audition

 Dans le test de portée auditive, également appelé test de distance de parole, le médecin prononce des nombres de quatre syllabes (par exemple “vingt-trois”) dans un chuchotement et à un volume normal à une distance de six mètres. Si elles ne sont pas comprises, la distance est réduite. La gamme d’audition est testée individuellement pour chaque oreille.

  • Test du diapason

Pour le test du diapason, le médecin tient un diapason sonore une fois devant le conduit auditif et une fois sur la tête. Il s’agit de vérifier le bon fonctionnement de la conduction du son par l’air et par les os du crâne. L’examen fournit des informations sur le type de trouble auditif : si le son du diapason n’est pas entendu devant l’oreille, la cause du trouble auditif se situe dans le canal auditif ou l’oreille moyenne. Si le son n’est pas entendu dans les deux tests, il y a un trouble de la sensation sonore. Cela signifie que les problèmes auditifs sont causés par un trouble de l’oreille interne, du nerf auditif ou des cellules nerveuses du cerveau.

  • Audiométrie

En audiométrie sonore, les sons de hauteur (fréquence) variable et de volume croissant sont diffusés par des écouteurs ou des haut-parleurs. Dès que vous entendez le son, vous donnez un signal. En audiométrie vocale, on entend des syllabes et des nombres parlés plutôt que des sons. Il est ensuite évalué combien de mots ou de chiffres ont été compris en fonction du volume.

  • Tympanomètres

Elle est utilisée pour tester la flexibilité du tympan, c’est-à-dire sa capacité à vibrer. Si le tympan est à peine mobile, on peut en conclure que du liquide s’est accumulé dans la cavité tympanique directement derrière le tympan. Pour l’examen, le médecin insère une sonde dans le conduit auditif, qui ferme hermétiquement cette partie de l’oreille. Cela peut être désagréable, mais n’est généralement pas douloureux. La sonde est ensuite utilisée pour créer une pression négative et positive, suivie d’un son. Les ondes sonores de ce ton font vibrer le tympan, ce qui entraîne une modification de la pression de l’air dans le conduit auditif.

  • Audiométrie du tronc cérébral

La réponse auditive du tronc cérébral est similaire à la mesure des ondes cérébrales en ce sens qu’elle enregistre les signaux électriques qui atteignent le cerveau via le nerf auditif. Grâce à des écouteurs, les cellules ciliées sont stimulées par des bruits de cliquetis. Les signaux électriques générés dans ce processus et transmis au cerveau via le nerf auditif sont mesurés.