Dans le passé, les maladies infectieuses étaient la cause la plus fréquente de décès. Jusqu’en 1900, 65 000 enfants mouraient chaque année de la coqueluche, de la diphtérie et de la scarlatine. Aujourd’hui, de tels décès sont, Dieu merci, la grande exception. Outre l’amélioration des conditions socio-économiques et la disponibilité croissante des antibiotiques, les vaccinations y ont largement contribué.

Les vaccinations protègent

L’objectif immédiat de la vaccination est d’activer le système immunitaire contre certains agents pathogènes envahissants et de prévenir la maladie. La prévention doit être concrète :

Les maladies infectieuses graves pour lesquelles il n’existe pas ou peu d’options thérapeutiques contre l’agent pathogène. Par exemple, l’hépatite B, la polio (poliomyélite), la rage, la diphtérie, le tétanos, l’hépatite A chez les adultes.

Les complications graves possibles des maladies infectieuses, par exemple l’encéphalite cérébrale (encéphalite rougeoleuse) avec un taux de létalité de 20 à 30 %.

Une éventuelle progression de la maladie grave chez les patients à risque, par exemple la vaccination contre la grippe chez les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies sous-jacentes spécifiques.

Les maladies infectieuses qui peuvent causer de graves dommages à l’enfant pendant la grossesse (par exemple la rubéole) ou à la naissance (par exemple la varicelle).

Protection collective de la population

Outre la protection de l’individu contre les agents pathogènes transmis d’une personne à l’autre, de nombreuses vaccinations ont un autre effet : elles conduisent à une protection collective de la population.

Cela permet d’éviter les épidémies et de protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales. Si les taux de vaccination sont élevés, les chaînes d’infection peuvent être interrompues et les agents pathogènes peuvent être éliminés au niveau régional et finalement éradiqués dans le monde entier.

Dans le cas d’une maladie telle que le tétanos, dont l’agent pathogène se trouve dans les intestins des animaux et donc aussi dans le sol, et qui peut donc survenir après chaque blessure contaminée, la protection n’est accessible qu’aux personnes disposant d’une protection vaccinale actuelle. Même une maladie de tétanos qui a survécu ne garantit pas une protection immunitaire — seule une vaccination régulière est en mesure de le faire.

Éradication des maladies — le danger n’est pas éliminé partout

Les programmes internationaux de vaccination à grande échelle ont jusqu’à présent permis d’éradiquer la variole dans le monde entier et d’arrêter ensuite la vaccination. Dans le cas de la polio (poliomyélite), cela a également été réalisé dans la plupart des pays du monde et aussi en Europe. Avant l’introduction de la vaccination, la polio était également responsable de milliers de décès et de handicaps.

Comme la polio circule encore dans certains pays en développement et qu’il existe un risque d’introduction, la vaccination protection maladies doit se poursuivre. La diphtérie a aussi largement perdu sa terreur grâce à une vaccination systématique.

Ces succès des vaccinations ont fait que beaucoup de gens ne sont plus conscients aujourd’hui des dangers des maladies infectieuses. On ignore souvent aussi que les agents pathogènes responsables de la rougeole, des oreillons et de la coqueluche sont encore très répandus dans notre pays. En raison de l’augmentation des voyages, il existe également le danger d’importer des maladies infectieuses.

Que se passe-t-il lors d’une inoculation ?

Une vaccination protection maladies imite les événements naturels du système immunitaire de la personne infectée. Les propres systèmes de défense immunologique de l’organisme sont utilisés pour renforcer la protection immunitaire en administrant des agents pathogènes tués ou gravement affaiblis. Le contact renouvelé avec les mêmes agents pathogènes ne conduit alors plus à l’infection ou du moins pas à la maladie.

Selon le vaccin, cette protection peut durer toute la vie ou doit être réactivée par des rappels. Selon les connaissances scientifiques actuelles, la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole produit une immunité à vie chez presque toutes les personnes vaccinées. Contre la diphtérie et le tétanos, cependant, la protection vaccinale doit être renouvelée tous les dix ans, contre le virus de la grippe qui change constamment, même chaque année.

Vacciner les nourrissons et les jeunes enfants

Les maladies infectieuses représentent une menace particulièrement élevée pour les nourrissons et les jeunes enfants. Afin d’établir une protection immunitaire précoce, la plupart des vaccinations recommandées doivent donc être commencées dès le deuxième mois de vie.

Selon les recommandations actuellement en vigueur de la Commission permanente de vaccination, les enfants doivent être vaccinés contre les maladies suivantes au plus tard à l’âge de 14 mois

Vous devez également être vacciné au moins une fois contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) et la varicelle. Le deuxième vaccin ROR doit être administré avant la fin de la deuxième année de vie. La vaccination contre le méningocoque C doit être effectuée à partir de 12 mois.

Aucune crainte des vaccinations

Grâce à l’utilisation de vaccins combinés, les jeunes enfants peuvent désormais être protégés efficacement contre de nombreuses maladies infectieuses en quelques injections seulement ! Les vaccins modernes sont efficaces et bien tolérés. Des effets secondaires indésirables graves ne sont observés que dans de très rares cas.

Cependant, lorsque les taux de maladie sont faibles, même les complications de vaccination très rares deviennent un problème largement discuté par la société. Dans de nombreux pays, les personnes ayant une attitude critique à l’égard de la vaccination bénéficient donc parfois d’une grande attention de la part des médias.

Des thèses ou des rumeurs non fondées sur les prétendus effets nocifs de la vaccination (autisme, diabète, sclérose en plaques) peuvent rendre la stratégie de vaccination protection maladies considérablement plus difficile et entraîner des revers dans l’élimination de certaines maladies.

La raison la plus fréquente de la non-vaccination est l’oubli ou les contre-indications erronées, comme les infections courantes. Vous pouvez obtenir des informations sur les questions de vaccination auprès de votre médecin de famille, de votre pédiatre et de votre service de santé publique.