Transplantation de têtes sur des humains : est-ce possible ?

Publié le : 03 décembre 20208 mins de lecture

Un groupe de recherche a mené des études sur des cadavres pour permettre la première transplantation d’une tête humaine dans un autre corps humain. À première vue, cela semble grotesque. Comme en 1818, une grande partie de l’humanité sera divisée sur ce projet, qui à l’époque n’était réalisé que dans le monde littéraire. Où faut-il tracer la ligne ? De tels travaux scientifiques sont-ils justifiables d’un point de vue éthique ? Le Frankenstein moderne avant sa résurrection ? Le Dr Frankenstein, en tant que scientifique brillant, mais aussi lugubre, a franchi les frontières pour devenir un dieu. Où notre curiosité va-t-elle nous mener ? Qui sera la personne nouvellement créée ? Plus une personne de tête ou plus une intuition ? Notre deuxième cerveau, dans l’estomac, compte après tout 100 à 200 millions de cellules nerveuses. Comment la « nouvelle » personne fera-t-elle face à la nouvelle connexion entre le psychisme et le tube digestif ? Il n’y a pas encore de réponse à ces questions.

L’expérience publiée en 2017 n’est pas une transplantation normale, mais seulement un essai chirurgical sur des patients déjà décédés (donneur du corps en état de mort cérébrale). Il s’agit d’une sorte d’exercice pour la chirurgie de la tête humaine vivante et de son corps donneur en état de mort cérébrale. Ce sujet sera abordé sous différents points de vue dans les prochains articles. L’article d’aujourd’hui porte sur les performances de la transplantation tête/corps. La semaine prochaine, les aspects immunologiques de la transplantation de tête/corps seront mis en évidence.

La méthode GEMINI fait progresser l’anastomose céphalosomatique (CSA)

En novembre 2017, un article scientifique intitulé « Première anastomose céphalosomatique dans un modèle humain » a été publié. Jusqu’à présent, aucune anastomose céphalosomatique n’a jamais été pratiquée sur l’homme car aucun lien ne pouvait être établi entre la moelle épinière du corps du donneur et la tête du receveur. De nouveaux succès de la recherche relègue désormais ce problème à l’arrière-plan.

Avec la méthode GEMINI (anastomose de la moelle épinière), il est possible de séparer avec précision les fibres de la moelle épinière et de les reconnecter ensuite. Un couteau ultra-pointu est utilisé pour créer des surfaces de coupe parfaites. La fusion des extrémités doit être réalisée au moyen de PEG (polyéthylène glycol). Mais quand l’anastomose céphalosomatique (CSA) est-elle indiquée et comment est-elle réalisée correctement ?

L’anastomose céphalosomatique (CSA) proche du toucher ?

Les personnes souffrant d’une maladie neuromusculaire périphérique incurable sont le groupe cible thérapeutique de la CSA. La première CSA a été réalisée sur un primate en 1970. Dans cette expérience, seul l’approvisionnement en sang entre la tête et le corps a pu être assuré. La connexion de la moelle épinière du corps avec le système nerveux de la tête était alors absente.

Hypothermie pour préserver la fonction cérébrale

L’étude publiée à cette époque visait à montrer que l’hypothermie peut être utilisée pour préserver le cerveau et que la fonction cérébrale redémarre après un réchauffement après la transplantation. Le groupe de recherche a pu observer certains schémas comportementaux et certaines fonctions de la tête du receveur après la transplantation et le réchauffement.

La conductivité bioélectrique de la moelle épinière n’a pas pu être rétablie à ce moment-là. Cependant, des études scientifiques réalisées à partir de 2016 montrent qu’une connexion fonctionnelle d’une moelle épinière sectionnée est possible. Grâce aux connaissances acquises au cours d’années de recherche, le groupe de scientifiques chinois (Harbin Medical University) s’est fixé pour objectif de mener à bien une CSA sur l’homme. Ils avaient déjà « réussi » dans les modèles animaux. Voici une brève description de la manière dont la tête du receveur est transplantée avec succès dans le corps sain d’un donneur en état de mort cérébrale. Rien pour les nerfs faibles.

Grande équipe de médecins et beaucoup de temps nécessaire pour un CSA

Avec un CSA, tout doit être coordonné exactement. Plusieurs médecins spécialisés (neurochirurgiens, chirurgiens vasculaires, chirurgiens orthopédiques, chirurgiens abdominaux et cardiaques) et 18 heures de temps sont nécessaires pour réaliser l’intervention avec succès. Une équipe médicale est responsable du compartiment antérieur et une autre du compartiment postérieur du cou.

Auparavant, il a fallu évaluer quel système technique serait le plus approprié pour relier la moelle épinière du donneur à la tête du receveur. La fonction des nerfs crâniens vitaux doit être assurée par une conservation correcte. La tête du receveur doit être transplantée avec le larynx et le nerf des récidives laryngées.3

Intervention chirurgicale sur le compartiment antérieur du cou

Le corps du donneur est placé de manière à ce que le cou soit dans un état étiré. Une incision cervicale transversale est ensuite pratiquée à 3 cm en direction caudale du cartilage cricoïde. Le tissu sous-cutané et le platysma sont ensuite préparés. Les veines jugulaires externes sont ligaturées et sectionnées. Le lambeau de peau et de tissu sous-cutané est maintenant replié vers le haut.

Maintenant, les muscles sternocléidomastoïdes sont exposés, leurs extrémités sternale et claviculaire sont sectionnées et enroulées vers le haut. Le tendon médian du muscle biliaire omohyoïde est coupé des deux côtés pour séparer les muscles sternohyoïde et sternothyroïde de leur point d’attache. Les vaisseaux et les structures nerveuses maintenant exposés sont délicatement préparés de manière à ce que le nerf vague et le nerf laryngé récurrent puissent être retirés avec la tête du corps du receveur.

Dans une étape ultérieure, la glande thyroïde, la trachée et l’œsophage sont librement disséqués. La trachée et l’œsophage sont sectionnés aux hauteurs C5-C6. Ensuite, les troncs du nerf sympathique cervical sous le ganglion du superius cervical sont sectionnés. Après la dissection des autres muscles du cou, il est maintenant possible de voir les structures vasculaires et nerveuses passant par le foramen. Au niveau de la C3, les artères vertébrales sont ligaturées et sectionnées. Le troisième corps vertébral est ensuite scié. La préparation du corps du donneur ne diffère que de quelques étapes de la procédure chirurgicale décrite ci-dessus.

Plan du site