Le sommeil sert à la fois à la relaxation et à la récupération physique et mentale, mais que faire si les inquiétudes, les craintes et d’autres circonstances boycottent cette phase de repos, qui est si importante pour nous ? Dans ce cas, une seule chose semble aider : un somnifère efficace est nécessaire. Cependant, la plupart des personnes concernées ne savent pas à quel point le prix du sommeil produit artificiellement est élevé en fin de compte.

La consommation de somnifères augmente rapidement

Actuellement, plus de 25 % des Américains prennent déjà régulièrement des somnifères, et environ 18 millions de dollars sont dépensés chaque année en médicaments sur ordonnance et quelque 600 millions de dollars supplémentaires en médicaments en vente libre. Ces chiffres montrent, d’une part, à quel point le problème des troubles du sommeil est devenu grave et, d’autre part, à quel point la dépendance de notre société aux somnifères est devenue importante. En Allemagne, le nombre de personnes dépendantes aux somnifères est actuellement estimé à 1,5 million, et en Suisse aussi, le nombre de personnes qui ont régulièrement besoin de médicaments pour dormir augmente régulièrement.

Dépendance et maladie par les somnifères

Cette évolution s’explique peut-être par le fait qu’aujourd’hui, les gens prennent généralement rarement soin de leur santé par eux-mêmes. Mais il est également possible que le citoyen moyen soit tout simplement trop paresseux pour découvrir d’autres moyens de remédier aux troubles du sommeil. Dans les deux cas, il n’en reste pas moins que les somnifères non végétaux provoquent de graves effets secondaires et sont connus pour entraîner une dépendance.

Les effets secondaires des somnifères vont des maux de tête et des nausées, de la fatigue diurne et des problèmes de concentration aux troubles métaboliques et à la dépression. Les médicaments les plus couramment prescrits sont les tranquillisants (benzodiazépines), les antidépresseurs et les neuroleptiques.

D’abord vendre et ensuite tester ?

Dans le passé, il est malheureusement arrivé plus souvent que des médicaments approuvés aient dû être retirés du marché par la suite parce qu’ils présentaient de graves effets secondaires. Il y a également eu des rappels de divers sédatifs et somnifères. L’un de ces rappels sensationnels concernait un antihistaminique appelé méthapyrilène. Les médicaments contenant cette substance ont été rappelés à l’époque parce qu’ils se sont révélés toxiques et cancérigènes.

Ces incidents montrent clairement que les médicaments (censés aider efficacement les gens dans leurs troubles du sommeil) ne sont souvent pas suffisamment testés avant d’être mis sur le marché. En outre, il n’est pas étonnant que beaucoup de gens aient l’idée que les fabricants de ces médicaments semblent abuser de patients sans méfiance comme de cobayes.

Les somnifères modifient le comportement de sommeil

L’analyse de certaines études sur le sommeil montre que les somnifères modifient les cycles du sommeil en supprimant la phase REM (Rapid Eye Movement). La phase REM est la deuxième partie du sommeil profond – la phase de rêve. Cette phase de sommeil est immensément importante pour l’équilibre mental, car le rêve permet la relaxation et le réconfort mental.

Des séries de tests ont montré que les interruptions du sommeil dans la phase REM ont des effets négatifs sur la psyché et l’humeur mentale. Les changements dans la phase REM sont également associés à la dépression et à d’autres troubles mentaux.

Comme les somnifères influencent la phase REM, ils peuvent également entraîner des problèmes de santé mentale.

Le cycle de sommeil sain

Un être humain adulte dort environ 6 à 8 heures par jour, pendant lesquelles il passe par quatre cycles de sommeil. Ces cycles durent environ 90 minutes au total. Ensuite, le sommeil dit delta et la phase REM – les deux cycles de la 4 ème phase – alternent l’un avec l’autre. Alors que le sommeil delta prédomine dans la première moitié du sommeil et que le sommeil paradoxal n’est que faiblement prononcé, cette relation est inversée au cours de la seconde moitié du sommeil. Maintenant, les phases de sommeil paradoxal intensif dominent et les phases de sommeil delta deviennent de plus en plus courtes et faibles. Le déroulement complet des cycles de sommeil individuels est immensément important pour la santé.

Les cycles de sommeil individuels

Dans la phase initiale de l’endormissement, nous sommes dans un état de demi-sommeil. La tension artérielle, le rythme cardiaque et la respiration deviennent plus réguliers ; la conscience disparaît lentement.

Phase 1 : la première phase de sommeil est généralement accompagnée de spasmes musculaires, suivis d’un ralentissement du pouls et d’une relaxation musculaire.

Phase 2 : Elle se produit après environ 5 à 10 minutes. À ce stade, les ondes cérébrales deviennent plus actives et les yeux se déplacent rapidement d’un côté à l’autre. Après 20 minutes supplémentaires, la phase suivante suit.

Phase 3 : Les ondes cérébrales ralentissent. Les muscles sont complètement détendus, la respiration est lente et régulière.

Phase 4 : Cette phase est également connue sous le nom de sommeil delta. Après environ 20 minutes, la phase de sommeil paradoxal commence, au cours de laquelle – comme son nom l’indique – des mouvements oculaires extrêmement rapides se produisent. À ce stade, le rythme cardiaque est irrégulier et l’activité cérébrale est similaire à celle de l’état de veille. Cependant, nous sommes dans une sorte de paralysie qui empêche les mouvements effectués dans les rêves de se produire dans la réalité.

Les somnifères altèrent des fonctions corporelles importantes

La prise de somnifères perturbe tout le rythme du sommeil en supprimant la phase REM. Ainsi, l’interaction complexe de diverses fonctions corporelles vitales qui ont lieu pendant le sommeil (production d’hormones, activation du système immunitaire, renouvellement des cellules, détoxification, etc.) est également fortement altérée, de sorte que la prise régulière de somnifères provoque finalement des maladies physiques et mentales. Une prise à court terme de ces médicaments contre l’insomnie peut toujours être utile dans des situations particulières, peut prouver son efficacité et donc également appropriée. Toutefois, l’utilisation à long terme est généralement fortement déconseillée car ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires suffisamment graves.

Conseils pour un sommeil réparateur

Avant de recourir à de puissants médicaments qui risquent d’avoir des effets secondaires sur votre santé, il existe quelques moyens naturels de venir à bout de l’insomnie que vous pourrez essayer. Il y a avant tout des gestes que vous pouvez adopter dès maintenant pour vous débarrasser des difficultés d’endormissement et vous assurer d’avoir un bon sommeil réparateur. Dormez à une heure régulière. La base de toute bonne nuit de sommeil est d’aller au lit à une heure fixe. Cela permettra aux hormones du sommeil de se réguler et au corps de programmer les mécanismes qui faciliteront l’endormissement. À l’approche de l’heure de coucher, bannissez les écrans, ordinateur, tablette, smartphone ou télévision, qui sont considérés comme les causes principales d’insomnie du fait de leur couleur bleue très proche de la lumière du jour. Il est également recommandé d’aller au lit bien avant minuit pour s’assurer d’avoir la durée de sommeil normale qui est de 6 à 8 heures par jour pour un adulte. En outre, évitez de consommer des produits considérés comme excitants avant d’aller au lit, cela peut s’agir d’alcool, de café, de cigarettes ou encore du soda, car ils vous perturberont votre sommeil en diminuant considérablement la durée du sommeil paradoxal. Il en est de même pour les repas. Évitez de prendre des aliments trop lourds le soir avant d’aller au lit parce qu’une digestion difficile aura un impact sur le sommeil. Dînez idéalement quelques heures avant le coucher et privilégiez les aliments « légers » comme les légumes, le poisson et seulement les produits laitiers qui contiennent du tryptophane, une substance responsable de la production de la sérotonine, qui est l’hormone de l’endormissement.

Thérapies alternatives

En outre, dans le cas de problèmes de sommeil à long terme, il convient toujours de mener des recherches sur la cause du trouble du sommeil. Il est parfois facile d’identifier le déclencheur. Les problèmes privés ou professionnels sont également connus pour affecter la structure du sommeil. Mais il existe aussi des causes profondes telles que l’anxiété, la dépression et d’autres stress psychologiques qui privent la personne concernée de sommeil. La prescription de somnifères puissants ne peut certainement pas être considérée comme une thérapie judicieuse dans ce cas. Ces troubles du sommeil doivent être diagnostiqués et traités alternativement par des thérapeutes expérimentés. Les méthodes de traitement alternatives ne se concentrent pas sur le symptôme “trouble du sommeil”, mais sur la personne dans son ensemble avec toutes ses peurs, ses inquiétudes et ses besoins.

Dans ce contexte, la thérapie cognitivo-comportementale est particulièrement remarquable. Mais d’autres thérapies naturopathiques telles que la médecine traditionnelle chinoise (MTC), la thérapie d’ordonnance, l’homéopathie classique, la luminothérapie ou la thérapie de relaxation peuvent également aider les personnes concernées à retrouver un sommeil sain.

Les somnifères ne sont pas une solution

Beaucoup considèrent que les troubles du sommeil ne doivent pas être acceptés comme un destin immuable. Au lieu de devenir dépendant des somnifères, vous pouvez contribuer vous-même à un sommeil réparateur. Heureusement, il existe aussi des thérapeutes holistiques qui considèrent que le traitement des patients avec des somnifères dangereux pour la santé est tout sauf raisonnable.

Il existe cependant quelques somnifères naturels qui pourraient être un solution et que vous pourrez essayer pour ne pas avoir à subir les effets indésirables des puissants médicaments somnifères. Utilisez de la camomille pour vous aider à vous relaxer avant le coucher et aider le cerveau à déclencher les zones qui permettent le déclenchement du sommeil. D’autres professionnels utilisent même cette plante dans le sevrage des benzodiazépines. Il y a aussi la verveine ou la lavande, qui sont réputées pour leurs propriétés antinévralgiques et sédatives. Elles agissent donc contre le stress et l’anxiété qui peuvent aussi être les causes d’une insomnie. Vous pouvez également choisir de prendre des infusions à base de plantes pour votre problème du sommeil ; contrairement au thé ou au café, les infusions ne contiennent pas d’excitants comme la théine ou la caféine. Il est aussi possible de recourir à des huiles essentielles issues de différentes plantes pour assurer un sommeil de qualité, cette méthode a déjà montré son efficacité. Déposez quelques gouttes d’huile essentielle sur votre oreiller avant de vous coucher, par exemple, cela vous aidera beaucoup.

Il est cependant important d’être attentif à son corps, ainsi, si vous constatez que vos problèmes de sommeil persistent après avoir essayé quelques somnifères naturels à base de plantes, il est très sage d’aller consulter l’avis d’un médecin et surtout celui d’un professionnel du sommeil, qui est le mieux placé pour vous orienter.