Composant incontournable de la cigarette électronique, l’e-liquide ne cesse d’interroger les vapoteurs. Sa composition est en effet complexe à comprendre et la sécurité des consommateurs est régulièrement remise en question par des études scientifiques qui attestent ou réfutent la dangerosité des arômes. Aussi, pour choisir le bon liquide pour cigarette électronique, mieux vaut être bien renseigné.

La composition des e-liquides

Un flacon d’e-liquide, quelle que soit la formule ou la marque, contient toujours du propylène glycol (abrégé PG), de la glycérine végétale (abrégée VG) et un arôme. Nicotine, alcool, additifs et conservateurs sont souvent présents, mais ils ne sont pas indispensables pour vapoter. Le propylène et la glycérine représentent entre 80 et 90 % du liquide final, l’arôme occupant les 10 à 20 % restants. Selon le pourcentage de PG et de VG, les saveurs vont se diffuser différemment. En effet, le parfum sera très précis si le taux de PG est élevé. Il sera plus diffus et rond avec un taux haut de VG. Ce phénomène est lié à la densité de ces deux liquides. Le PG étant très fluide, il conduit directement le goût aromatique dans la bouche et dans le hit. La VG, responsable de la densité de fumée, diffuse principalement l’arôme à travers la vapeur, donnant une sensation gustative et olfactive plus enveloppante.

Qu’est-ce qu’un arôme pour cigarette électronique ?

Il s’agit d’un arôme alimentaire, d’origine artificielle ou naturelle, à ne pas confondre avec celui utilisé en cuisine. Ainsi, les arômes liquides du rayon dessert du supermarché ne conviennent pas pour vapoter. En effet, ces différents arômes ne possèdent pas les mêmes propriétés. Ceux destinés aux préparations culinaires développent leurs saveurs pour le palais des consommateurs et ne supportent pas les très hautes chaleurs. Les molécules pour les consommables de vapotage ont des propriétés qui permettent de profiter de leur saveur par l’inhalation et malgré la chauffe. Ainsi, la molécule de diacétyle est employée dans l’industrie alimentaire pour son goût beurré mais n’entre pas dans la composition des produits pour e-cigarettes car cet élément devient toxique quand il est chauffé. De même, l’ajout de sucre est interdit dans les consommables de vape car le caramel brûlé est, lui aussi, toxique. Le parfum caramel à vapoter est donc créé à partir d’autres molécules que celles du sucre.

Des goûts fidèles aux habitudes des fumeurs

Les premiers parfums qui ont été développés par les fabricants de liquides pour e-cigarettes imitaient les saveurs des cigarettes traditionnelles afin de mieux aider les fumeurs à se sevrer du tabac sans perdre radicalement toutes leurs habitudes. Les gammes classiques existent toujours et permettent de retrouver le goût typique du tabac et des cigarettes papier dans toutes leurs subtilités : tabac blond, brun, à rouler, type cigarillo. Le parfum mentholé des cigarettes à la menthe reste lui aussi un grand classique pour les fumeurs devenus vapoteurs.

Créer une expérience aux parfums uniques

Le vapotage n’est plus une pratique uniquement destinée aux fumeurs qui veulent diminuer leur consommation de tabac. Toute une génération de vapoteurs à la recherche de nouvelles sensations a vu le jour avec des attentes inédites en termes de goût et d’expérience. Ainsi, il existe depuis plusieurs années une grande variété de parfums pour alimenter sa e-cigarette selon ses moindres désirs. Après les classiques et les mentholés, les senteurs fruitées comme kiwi, pêche ou fruits rouges ont conquis les papilles de nombreux vapoteurs. Les recettes gourmandes proposent des mélanges subtils tels que tarte tatin, chewing-gum, barbe à papa ou tiramisu, offrant une séance de vapotage très particulière, bien loin de la cigarette d’autrefois. Aucun des composants du liquide pour cigarette n’est dangereux lorsqu’on le choisit avec précaution.

En effet, tous les fabricants doivent impérativement indiquer la liste des composants sur leurs articles ainsi que leurs certifications. Les normes sanitaires européennes et françaises garantissent ainsi la sécurité des vapoteurs contre les substances toxiques. Aussi, il est toujours plus prudent de consommer ces liquides-là plutôt que de commander des produits venant d’un pays dont la réglementation est plus souple. En outre, les adeptes du Do It Yourself ne doivent pas vapoter des articles destinés aux préparations culinaires car les molécules employées dans les e-liquides n’ont pas les mêmes propriétés et peuvent être très dangereuses lorsqu’elles sont inhalées. Ainsi, quand on veut élaborer son propre flacon, il faut tout de même acheter sa matière première auprès un fabricant agréé. C’est l’unique façon de ne prendre aucun risque avec sa santé.