La douleur au coude peut être un véritable fardeau. Surtout parce qu’il s’agit d’une articulation dont l’utilisation est inévitable dans les activités quotidiennes. Parce qu’on a besoin de l’articulation du coude à chaque mouvement du bras. Certaines douleurs de cette partie ne durent que peu de temps, d’autres se transforment en douleurs chroniques. Il est donc important d’évaluer correctement la douleur et de consulter un médecin si nécessaire.

Douleur au coude : quand voir le médecin ?

La douleur est toujours un signal d’alarme du corps qui indique que quelque chose ne va pas. La nécessité de consulter immédiatement un médecin dépend de l’intensité et de la durée des symptômes. En principe, on peut dire qu’une douleur soudaine et intense est davantage un signal d’alarme qu’une douleur durable et plus faible. Les signes extérieurs visibles de la maladie, tels que les rougeurs ou les gonflements, indiquent aussi plus clairement qu’une maladie doit être traitée.

Rouge, chaud, épais et douloureux

Une rougeur douloureuse, un gonflement et une surchauffe au niveau du coude peuvent indiquer principalement une bursite. Les sacs remplis de liquide, bourse servent à absorber les chocs et les frottements. Elles ne sont pas réellement palpables et ne peuvent être ressenties, sauf si elles sont pathologiquement gonflées. Alors ils peuvent aussi faire mal.

Premiers secours pour les bursites

Les premières mesures à prendre en cas de suspicion d’une bourse inflammatoire sont le refroidissement et l’épargne. Des analgésiques supplémentaires peuvent être pris. Dans ce cas, il convient d’utiliser des préparations qui ont également un effet anti-inflammatoire. Le médecin de famille doit être consulté, surtout en cas de rougeur étendue. L’immobilisation dans une attelle du bras ou la prescription d’un antibiotique peuvent être nécessaires. Si la bursite est fréquente, une ablation chirurgicale peut même être indiquée.

Rouge et chaud : une éruption cutanée au coude

Une autre raison de rougeur et de surchauffe au niveau du coude peut être une éruption cutanée. Une éruption cutanée se manifeste par des changements classiques de la peau. Il existe une infinité de causes pour une éruption cutanée. Les raisons courantes des éruptions cutanées sont des allergies de contact, par exemple aux herbes ou aux détergents. Il suffit souvent d’éviter le déclenchement de l’allergie. Si cela n’aide pas, il faut consulter le médecin de famille ou un dermatologue.

Coudes secs

Toutefois, une telle éruption sur le coude ne doit pas être confondue avec le psoriasis, qui se produit généralement sur l’extérieur de cette partie et l’avant du genou. Elle se manifeste par une peau sèche et du psoriasis. Cette maladie non infectieuse est génétique et héréditaire. Il n’y a aucune chance de guérison, mais il existe de nombreuses procédures pour soulager les symptômes, comme les pommades, les changements de régime alimentaire et la luminothérapie.

Douleur électrique au coude

Les douleurs telles que les piqûres d’épingle ou les chocs électriques sont des signes typiques de la douleur nerveuse. Deux nerfs majeurs courent le long du coude. Les causes des douleurs nerveuses peuvent être, par exemple, une contusion nerveuse ou un syndrome de constriction nerveuse.

Le drôle d’os : la douleur comme une piqûre d’épingle

Une contusion du nerf est présente dans le phénomène classique de l’os drôle. Mais qu’est-ce qui est drôle exactement ? Il s’agit du nerf cubital, qui provient de la moelle épinière cervicale et qui traverse la partie supérieure du bras jusqu’à l’articulation du coude, puis jusqu’à l’avant-bras et la main. Au coude, il se trouve dans son sillon de rayons : sulcus ulnaris, dans lequel il est en fait protégé par le sillon osseux. Néanmoins, lorsqu’il est heurté, il est souvent écrasé et envoie des signaux de douleur électrisants au cerveau, à la main et parfois à l’épaule. Lorsque la première douleur disparaît, la sensation de picotement peut durer encore plus longtemps. Parfois, même la main ou certains doigts sont engourdis ou leur préhension est limitée. Cependant, toutes ces plaintes devraient disparaître après peu de temps. S’ils persistent plus longtemps, il faut consulter un neurologue ou un orthopédiste.

Douleur chronique au coude

Si une douleur électrifiante de la main se produit de façon permanente sans contusion, il peut y avoir un syndrome dit de goulot d’étranglement. Le nerf cubital est à nouveau le plus fréquemment touché dans le cadre du syndrome du sillon cubital : sulcus ulnaris. Comme le nom du syndrome l’indique, le nerf est rétréci dans son parcours et donc irrité et meurtri. Des picotements, un engourdissement ou une perte de force peuvent également être des signes du syndrome de constriction. Le syndrome est causé par un stress permanent, par exemple, le fait de se reposer quotidiennement sur une table pendant le travail de bureau. Le travail physique peut également conduire à un syndrome de goulot d’étranglement dû à un épaississement de la musculature.

Que faire en cas de syndrome du goulot d’étranglement ?

Avant tout, une thérapie conservatrice est recommandée pour le syndrome du goulot d’étranglement. La protection, le refroidissement et, si nécessaire, l’immobilisation dans une attelle ou un bandage sont souvent suffisants. Ce n’est que si les symptômes persistent que l’on doit envisager une intervention chirurgicale pour exposer le nerf cubital.

Arthrose de l’articulation du coude

Une autre cause fréquente de douleurs incessantes dans l’articulation du coude est l’usure des articulations : arthrose. Comme toute autre articulation du corps, il n’est pas immunisé contre l’abrasion du cartilage. La douleur en mouvement est donc typique. Mais les pics de douleur peuvent aussi se produire la nuit. Toute personne qui a exercé une forte pression sur cette partie tout au long de sa vie, par exemple dans le cadre d’un travail physique ou de certains sports, présente un risque accru d’arthrose. La dégradation du cartilage est irréversible, la prévention secondaire au sens d’activités favorables aux articulations et le renforcement des muscles entourant l’articulation peuvent en retarder la progression.

Douleur au coude après l’exercice

Dans de nombreux sports de balle ou même lors de la musculation, l’articulation du coude est mise à rude épreuve. Les douleurs en flexion et en étirement peuvent indiquer un effort excessif. Il est possible que les muscles entourant l’articulation de cette partie soient trop sollicités ou que l’articulation osseuse et cartilagineuse elle-même soit trop sollicitée. Elle peut également être causée par une tendosynovite. Les premières mesures de traitement devraient consister à protéger et à refroidir le coude, en cas de plaintes graves, un analgésique peut être pris. Un médecin doit être consulté si les symptômes persistent.

Ténosynovite du coude

La tendinite touche généralement les extenseurs de l’avant-bras, dont on a besoin pour écarter les doigts et étirer le poignet. C’est ce qu’on appelle le tennis elbow ou coude de tennis : epicondylitis humeri radialis. Les muscles extenseurs de l’avant-bras commencent par leurs tendons au niveau du coude côté pouce : côté radial. C’est pourquoi le coude ressent également des douleurs lors de la préhension. La douleur peut également devenir chronique. Les causes sont, outre la pratique du tennis des activités indépendantes du sport, répétitives ou inhabituelles, par exemple le travail quotidien au bureau au clavier ou à la souris.

Que faire si vous avez un tennis coude ?

Le traitement d’une tendosynovite consiste à ménager le coude et, si nécessaire, à l’immobiliser temporairement dans une attelle du bras ainsi qu’à prendre des anti-inflammatoires. Si l’on évite le mouvement qui provoque la douleur pendant un certain temps, les symptômes devraient s’améliorer. Un pansement permet de soulager les plaintes permanentes. Dans des cas extrêmes, une opération peut être recommandée.

Douleur au coude après une chute

Lorsque vous tombez, vous vous rattrapez souvent avec vos mains ou tombez à genoux et à coudes. Les ecchymoses de l’articulation entraînent une contusion des tissus mous, c’est-à-dire principalement des muscles et du tissu graisseux. Les structures sous-jacentes telles que les nerfs, les canaux lymphatiques et les vaisseaux peuvent également être touchées. Un hématome bleu se forme souvent. L’augmentation du volume des tissus provoque également des douleurs. Cependant, si vous tombez sur ce point, vous pouvez aussi vous retrouver avec un os cassé. Parfois, on peut même entendre le craquement et on peut soupçonner la fracture de l’extérieur en raison d’une malposition.

Que faire en cas de douleur au coude après une chute ?

Si la douleur persiste, si l’ecchymose grossit et surtout si l’on soupçonne une fracture, il faut consulter un chirurgien. Le chirurgien peut prendre des radiographies des os en plus de l’examen clinique. Dans le cas d’un simple hématome, la thérapie de choix est la protection, le refroidissement et les analgésiques. En cas de fracture, le bras doit généralement être immobilisé dans un plâtre de la partie supérieure du bras ou même opéré.